Un damier sur la croupe, pourquoi faire ?


Pourquoi un damier sur la croupe des chevaux de la garde républicaine ? est-ce pour permettre aux cavaliers de « jouer aux dames » lorsqu’ils ne sont pas de garde ?


Bien sûr que non, et outre l’aspect décoratif, plusieurs raisons plus réalistes sont évoquées:


La première consiste à dire que le damier constitue une des premières armes psychologiques de la guerre. En effet, sous l'ancien Régime et l'Empire, on combattait à vue et on s'observait soigneusement. Face à des soldats très rustiques, l'impression produite par la partie adverse et surtout sa cavalerie pouvait avoir un effet déterminant sur l'issue des combats. On sait qu'un cheval en bonne santé présente généralement une robe pommelée. Un régiment de cavalerie, immobile et à distance respectueuse, se devait donner une impression de force et les damiers, de loin, pouvaient aisément tromper l'ennemi.


La seconde est plus contemporaine. Bien que la Première Guerre mondiale ne puisse être qualifiée de guerre de mouvement. Les unités de cavalerie étaient très souvent employées pour des missions d'éclaireur ou de reconnaissance. Pour ce type d'activité, la discrétion est le maître mot et le camouflage une science. Or les croupes des chevaux luisent sous le soleil et comme le dragon de 1914 portait un couvre-casque en toile kaki, les damiers réalisés sur la monture cassaient les éclats du soleil et favorisaient un des principes fondamentaux du guetteur : "voir sans être vu ».


Une influence agricole de cet usage militaire ? sur les marchés aux bestiaux tels qu’on pouvait en voir jusque dans les années 60, la partie supérieure de la croupe des bovins offerts à la vente était généralement brossée « à rebrousse-poil ». Une courte litière de paille, disposée sous les postérieurs de l’animal, complétait cette présentation destinée rendre cette partie noble de la future carcasse encore plus attirante.


article Garde Républicaine