top of page

SAHn-Présentation
Nos objectifs - Notre ADN

SAUVEGARDER - VALORISER - TRANSMETTRE LA CULTURE DU MONDE EQUESTRE

Cadre Noir - Vincent Pottier
11
FAL-ESPAGNE-MINORQUE-2012-08-07 (007)(1)
Laurioux SAHn 103
CN - FAL-FRANCE-EQUITATION-CN-2015-00-00 (001)
Jument Percheronne

Créée le 15 décembre 2008, sous l’égide de Monsieur Jean-Paul Guerlain, et avec le soutien de Madame Danièle Mars, la Société des Amis des Haras nationaux a pour mission de « promouvoir la culture équestre et développer les valeurs historiques et culturelles s’y rapportant ».

 

Reconnue d’intérêt général, elle est habilitée à délivrer les certificats fiscaux permettant des déductions d’impôts pour les dons reçus dans le cadre de cet objet.

 

Ses premières actions ont principalement concerné le patrimoine mobilier et immobilier des Haras nationaux, et plus particulièrement celui des sites du Pin et d’Uzès. Dans ses deux sites, elle a développé des « Cercles de Mécènes » regroupant entreprises et particuliers en faveur de programmes définis en coopération avec le bénéficiaire. Cette structure particulière lui permet de maintenir une implication à la fois directe et décentralisée.

NOTRE A.D.N.

Favoriser

La transmission des savoirs

- en établissant des relations avec les établissements d’enseignement technique et les entreprises afin de maintenir la connaissance des savoirs-faire particuliers de la filière.

 

Le développement de l’insertion

- en confiant des chantiers à des associations d’insertion, et redonner ainsi à leur membres une reconnaissance dont ils sont trop fréquemment privés.

 

La sauvegarde de la mémoire

- en offrant la possibilité de regrouper sur un site indépendant et spécialisé - SAHn Médias - dédié à la gestion des photos, documents, présentations ou récits concernant la « culture équestre » et assurant ainsi leur sauvegarde.

Agir

- en facilitant la réalisation de projets : en apportant le complément nécessaire pour boucler le plan de financement.

 

- en privilégiant  les compléments de « French-Touch », par le financement des éléments de « finition », fréquemment oubliés dans les programmes « globaux ».

 

- en soutenant l'emploi d’opérateurs locaux et de structures d’insertion.

Ces éléments correspondent à l’essentiel des critères R.S.E.

dont l’intégration dans leur gestion s’impose désormais aux chefs d’entreprises.

bottom of page