top of page

SAHn-Médias
Sauvegarder et valoriser la mémoire

EN OFFRANT LA POSSIBILITÉ D'HÉBERGER LES OEUVRES REPRÉSENTATIVES DE CE PATRIMOINE

SAHn-Médias

Une photothèque dédiée au Monde Equestre

Développement et gestion de la photothèque dédiée au regroupement et à l’intégration d'œuvres photographiques du Monde Equestre.

Offrir cette possibilité d’accueil et de sauvegarde aux « amateurs » ayant progressivement constitué des collections représentatives d’une culture ou d’une époque, et qui risquent d’être dispersées ou détruites.

Cette photothèque est complétée par une « bibliothèque » dans laquelle peuvent être recueillis les souvenirs, anecdotes ou récits se rattachant au « Monde Equestre », et présentant un intérêt historique ou culturel.

Cet « outil », géré par la SAHn est opérationnel depuis 5 ans, et est « riche » d’un ensemble de 5 800 photos classées et indexées. 4 300 concernent les écoles de cavalerie européenne, et principalement le Cadre Noir. Le « Portfolio 2019 » présente un extrait représentatif de la diversité des œuvres rassemblées.

Elle dispose également d’un « socle » de plus de 10 000 photos numérisées, dont 8 000 concernent le Cadre Noir et les autres écoles de cavalerie.  L’Ethiopie et l’Inde furent également des sujets de prédilection, et le fonds comprend de nombreuses photos de paysage, sites et portraits qui expriment les principaux éléments de la vie quotidienne des « Peuples Cavaliers ».

Un important travail de sélection et indexation reste donc à faire.

NOS CONTRIBUTEURS

Alain Laurioux

Alain Laurioux.png

Artiste dans l’âme, passionné des chevaux, globe-trotteur infatigable, Alain Laurioux aura passé l’essentiel de sa vie professionnelle au Cadre Noir. Embauché comme lad-jockey, il a fini sa carrière comme régisseur des présentations du Cadre noir.

Passionné de photographie, il a progressivement constitué un très important fonds, présentant 40 ans de découvertes. S’attachant volontiers aux coutumes locales, il sait donner à ses œuvres une spontanéité naturelle.

Ce talent lui est reconnu, et ses photographies agrémentent de nombreux ouvrages et expositions : "Qui êtes-vous Alain Laurioux".

Conscient du risque de dispersion, Alain a confié à la SAHn la sauvegarde de l’essentiel de son fonds. Plus de 10 000 photographies ont été numérisées, et sont en attente d’intégration dans la photothèque.

Tanneguy de Sainte-Marie 

tanneguydesaintemarie_edited_edited.jpg

Né au cœur de la Normandie, Tanneguy de Sainte-Marie est profondément imprégné des valeurs et de la culture de cette région. Elle l’a naturellement amené vers la « Filière Cheval ». Après une formation pratique dans différents haras privés prestigieux, il rejoint les Haras nationaux.

Dès son intégration, il participe aux travaux de l’INRA sur les techniques de reproduction équine, de la congélation au transfert d’embryons, dont le résultat est désormais exploité par une entreprise normande. 

Il occupe ensuite des fonctions de direction dans différents sites - d’abord au Haras national du Pin, puis à Montiers en Der, Blois, et Hennebont, avant de rejoindre à nouveau le Pin comme régisseur du Domaine national.

Au cours du temps, Tanneguy a publié de nombreux articles dans la presse spécialisée ou régionale. Il est également l’auteur de « Le Haras du Pin, il y a 100 ans » et d'un savoureux « Brèves de Haras », florilège d’ histoires d’écuries.

Eugène Gayot et Hippolyte Lalaisse

Eugene Gayot (1808-1891)

Après ses études de vétérinaire et quelques années d’exercice, il entra en 1834 dans l’administration des Haras. Successivement directeur du Haras du Pin, et de Pompadour, il finit sa carrière comme inspecteur général des Haras, puis directeur des Haras au Ministère de l’agriculture.

Prudent et méthodique, il participa directement à la formation de la race anglo-normande, et à celle de l’anglo-arabe. En corrigeant les éléments néfastes de caractère tout en lui conservant sa robustesse, il le rendit particulièrement adapté aux demandes de la cavalerie légère.

Il participa à la rédaction de nombreux ouvrage, dont l’ « Atlas statique de la production de chevaux en France », illustré par Hippolyte Lalaisse, professeur de dessin à l’école polytechnique, et auteur de nombreuses lithographies sur les costumes régionaux.

Le réseau des amis de la SAHn

Logo.png

Le monde d'aujourd'hui est encore très marqué par son passé équestre

 

Ce que rappelait une étude de SocioVision pour les Haras nationaux le démontrent en analysant sa forte présence dans :

- son utilisation dans le vocabulaire courant,

- la quantité de publication s'y rapportant dans la presse,

- l'utilisation qui en est faite dans le marketing,

- le souhait d'une part importante de la population de posséder un cheval.

L'inscription de l'équitation de tradition française, représentée par le Cadre Noir, dans " le patrimoine immatériel de l'Humanité " par l'UNESCO.

Dans ce monde à l'évolution effrénée, ceux qui en possède encore des éléments de mémoire et dont la faiblesse est d'être dispersée, se regroupent pour maintenir le souvenir et la présence.

NOS FUTURS CONTRIBUTEURS

Tous ceux qui, membres de structures ouvertes sur la culture équestre ou passionnés d’Histoire - dont celle des Haras, souhaitent que leurs souvenirs ou les témoignages d’une époque révolue ne s’estompent pas, avant de disparaitre.

L’ensemble SAHn-Medias est ouvert à tous

Les ouvrages présentant « Le Versailles du Cheval », glorifiant son « Essence Royale », soulignant la richesse de ses collections et son évolution, sont nombreux et généralement d’une grande qualité notamment photographique.

Par contre la « petite histoire du Haras du Pin », rassemblant l’essentiel de ses tribulations cocasses ou tragiques, survenues pendant ses 300 ans d’existence, reste à écrire.

Pour cela, il nous faut faire appel à une « mémoire » particulièrement fragile, car dispersée dans les souvenirs de ceux qui les ont vécues ou auxquels elles ont été racontées.

Une partie importante de ce travail a déjà été réalisée par Tanneguy de Sainte-Marie, qui a patiemment récolté près d’une centaine de « Petites Histoires » au cours de ses 44 ans passés au service des Haras nationaux et de la filière équestre.

Nous disposons donc d’une base solide, qu’il convient d’enrichir.

 

L’objectif d’une publication fin 2024 peut être tenu. Cet ouvrage complètera le précédent : « Le Haras du Pin, il y a 100 ans », du même auteur, et qui fait partie de nos « Cadeaux de Bienvenue » de la campagne d’adhésion 2024.

Les fruits de cette campagne seront essentiellement affectés à la réalisation de cet ouvrage, et au développement de la photothèque SAHn-Medias.

Constituer et éditer « La Mémoire du Pin »

Les tribulations du Hars du Pin_edited.j
bottom of page