En Faveur de l'Equi-coaching et Insertion

 

Des actions en devenir 

La créativité des équipes des Haras nationaux a été particulièrement riche autour des années 2005/2010. Cherchant à définir un nouveau rôle du cheval, et s’appuyant sur différentes études, don’t celles de Cofremca-Sociovision ou de la FIVAL, des applications ont été expérimentées ou développées.

 

Ainsi, l’Equi-coaching  a été plus particulièrement élaboré au Haras de Villeneuve sur Lot, et développé ensuite, notamment au Haras du Pin. De même, l’Equithérapie, à destination des handicapés ou dans le cadre de l’insertion a ait l’objet de nombreuses initiatives, mises en œuvre essentiellement par les Haras de Besançon, du Pin et des Bréviaires.

          

Mais si l’Equi-coaching et l’Equithérapie-médicale ont pris leur place

dans le paysage socio-économique, l’Equithérapie-Insertion sociale,

plus complexe à établir et à gérer, ne connait pas le développement

que méritent ses résultats extrêmement positifs.

Les résultats des actions menées par les Haras dans la prison de

Besançon, que, notamment, les contraintes budgétaires n’ont pas

permis de poursuivre, ou les contacts pris à l’époque avec l’Association 

Cheval et Insertion, ou avec Emmaüs démontrent le niveau d’intégration

qu’apporte le cheval.

Extraits de presse (cliquez pour accéder) :

Association cheval et insertion Extraits de presse 2018-19

Extraits de presse 2001

                                                                          

                                                                                                                                                                        

De même, la joie de l’équipe du GRETA à la fin de leur reconstruction du mur du potager des officiers du Haras du Pin, ou de celle qui mena la rénovation du devoir démontre que, même avec peu de moyens, ont peut faire et apporter beaucoup. Enfin, qu’y-a-t-il de plus formateur pour des élèves de lycées techniques, que de travailler ensemble sur un projet pluridisciplinaires et « à taille humaine », comme, par exemple, la rénovation d’une voiture hippomobile. La réponse de ceux du lycée de Giel, ou des stagiaires des écoles de sellerie ou d’attelage est éloquente à ce sujet.

 

Chantier d’insertion: le potager des officiers par le GRETA d’Argentan

Projet handisport.jpg
mur 2.jpg
Projet handisport 
Maison d’arrêt de Poissy – 
Cheval et Insertion

Ne pourrait-on pas, en associant expériences, volontés et moyens, relancer ces actions, progressivement, site par site, projet par projet ? La gestion du projet « Side-Horse » démontre que, tout en en gardant l’esprit « french-touch », c’est possible. Les  évènements sanitaires que nous connaissons actuellement révèlent la puissance des initiatives locales, lorsqu’elles sont débridées et regroupées dans un objectif commun. Ils démontrent aussi qu’il vaut mieux prévenir que guérir, ce qui est plus facile quand le danger est prévisible mais inexcusable quand il est avéré. Ils démontrent également, ce qui corrobore notre expérience, que les volontés sont présentes, que les expériences sont probantes, que des outils sont encore utilisables et que leur utilisation redonne vie.

Qu’en pensez-vous ? Vos suggestions et remarques